La nuit se déroule devant toi
Tu suis son chemin, l'espérant doux
Dans ton lit, tu entends la voix
de Morphée qui te promet tout
Ce que tu aimerais vivre dans la journée.
Mais ce soir tu te détournes d'elle
Pour deviner les chemins défoncés
Et tortueux qui mènent à la parcelle
De ton esprit qui vit dans l'ombre.
Cette part de toi qui ne se reflète
Que très rarement dans le nombre
des actions que le jour on te prête.
La libérer peut sembler facile
Mais les conséquences seraient
la rupture définitive de ce fragile
Et délicat équilibre que l'on créé
Afin d'apprendre à vivre en société
Bien se comporter au sein d'un groupe,
Respecter les lois par lui édictées et
N'être plus qu'un dans toute la troupe.
Dieu, qu'il serait bon de se faire connaître !
Qu'il serait bon enfin de s'affirmer,
Quitter le paraître et enfin renaître
Et pour une fois, faire preuve d'originalité.

© B.Dauvissat