Ou comment les créatifs travaillant pour Adidas font passer Zidane pour une buse